Un aspect de la cellule familiale.

Tout d’abord, le système éducatif  actuel.
Il est issu de l’idéologie de mai 68 qui a conduit à la marchandisation à outrance de chaque pan de la société. Une libéralisation du couple s’est effectuée, ainsi que des mœurs et de l’éducation. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose, la femme ayant acquise une plus grande indépendance, aussi bien légalement que socialement.

http://www.old.lemoipourtoi.fr/public/famille_le_moi_pour_toi.gif

Cependant, je ne pense pas que l’enfant s’épanouisse mieux dans le système actuel que dans celui pré-mai 68. En effet, la stabilité est essentielle pour le développement « normal », si l’on peut le caractériser ainsi. De ce fait, la libéralisation du mariage entrainant un nombre grandissant de divorces, l’introduction du PACS (initialement offert aux gays mais plus utilisé par les hétéros), l’avortement de confort dans une moindre mesure, ont fragilisé la relation parents/enfant(s). Et il ne faut pas être un expert pour savoir que cela entraîne, non pas systématiquement, mais sensiblement le risque de perte de repères chez l’enfant.

Alors en partant de ce constat là, qui est de dire qu’un enfant a besoin de stabilité pour s’épanouir il y a deux solutions proposées par deux écoles qui ont fait leurs preuves : le patriarcat ou bien le matriarcat. En deux mots le patriarcat est la filiation paternelle, et le matriarcat la filiation maternelle (l’enfant étant élevé par sa mère et son oncle).
J’ai dû mal à croire que l’enfant peut s’épanouir aussi bien chez des divorcés que chez des couples stables, ou bien chez des couples homosexuels que des couples hétérosexuels. Je ne dis pas que tous les enfants issus de couples stables et hétérosexuels s’en sortiront mieux que les autres, mais j’ai l’intime conviction que c’est un vecteur favorable à leur « bon » développement.

Maintenant si je ramène cela à une échelle historico-politique, je dirais que la cellule familiale est à la base de la nation. C’est pour cela que je pense qu’en la préservant, nous préservons la nation ainsi que son unité ; et qu’à l’inverse, en détruisant cette cellule familiale, nous détruisons cette même nation.
Pour ces raisons et quelques autres, je suis effectivement contre l’éducation des enfants telle que la conçoivent les psychologues et pédagogues postmodernistes qui, à l’image du roman moderne, ne font rien d’autre que de détruire les fondements même de leur profession en les vidant de leur valeur.
Ca peut être taxé de passéiste, réactionnaire, machiste, homophobe et je ne sait quoi d’autre, mais j’essaye juste de voir qu’est-ce qui a marché pendant plusieurs milliers d’années sans anicroches, ou presque, et force est de constater que l’idéologie de mai 68 n’a fait que créer plus de tensions et de mal que de bien au niveau de la famille.

D’ailleurs, en faisant une analyse marxiste de la chose, il n’est pas inutile de voir que la famille est le lieu du don et non pas de la vente, échappant ainsi à la marchandisation de la société. Sa destruction est donc presque nécessaire pour que le capitalisme s’accomplisse totalement.

On en revient donc toujours aux fondamentaux : la racine de tout mal est la Banque, et à la racine de la Banque il y a les marchands du temple, chassés par Jésus-Christ.
A noter que ce lobby était déjà très puissant à l’époque, car cela lui a valu la mort.

Gaëtan pour E&R Pays de la Loire.

                                                                                                                                                                     Alain Soral et Piero San Giorgio en conférence à Nantes le 24 mars dans Alain soral ERPaysLoireFBlanc1-150x134
 

Eléphantsia |
The raspoutine news |
Junior UN Intelligencia Team |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | linfoenplusur
| lucedutoit
| Algérie News ...